Charles et Marie-Laure de Noailles, une vie de mécènes (exposition permanente)

Charles et Marie-Laure de Noailles, une vie de mécènes (exposition permanente) - © Villa Noailles Hyères

Malgré une notoriété toujours plus grande, personne n’a jamais consacré une exposition au célèbre couple de mécènes Charles et Marie-Laure de Noailles. Leur nom, associé à une impressionnante liste d’artistes, est présent dans tous les ouvrages traitant de l’époque. Pour autant, aucune tentative n’a été faite pour regrouper et recouper les innombrables informations et documents qui sont liés à leur action. Depuis l’ouverture du centre d’art villa Noailles, présenter cette histoire en regard de la programmation contemporaine, a toujours fait partie des objectifs de l’association en charge de la programmation du lieu. De même, il s’agissait de pouvoir faire découvrir l’histoire, l’architecture et les aménagements de la villa Noailles. Mais il ne suffisait pas de redonner les clefs pour appréhender la « petite maison intéressante à habiter » d’Hyères. L’enjeu était de montrer également comment celle-ci s’intègre dans un ensemble plus vaste : l’extraordinaire mécénat que Charles et Marie-Laure de Noailles ont mené de 1923 à 1970. Faire découvrir comment la villa Noailles fut le théâtre de rencontres, d’échanges, de montages. Un montage d’images, d’idées, d’époques, d’héritages. Montrer comment Charles et Marie-Laure de Noailles ont élargi la définition du mécénat en explorant toutes ses formes. Si l’exposition met en lumière ce qu’ils ont célébré publiquement elle doit aussi dévoiler ce qu’ils ont fait dans la plus grande discrétion. Elle doit démontrer la qualité de ce mécénat et en faire sentir l’ampleur, faire comprendre le rôle du couple Noailles, pour redonner, enfin, la place qui n’a jamais cessé d’être la leur. Une place centrale, au coeur de la modernité : l’oeuvre d’une vie.

Le projet d’exposition permanente débute concrètement en 2009 avec la création de l’Association des Amis de Saint- Bernard. Présidée par Pascale Mussard, son objectif consiste essentiellement à réunir les fonds permettant d’acquérir, et cas échéant, de restaurer, meubles et oeuvres d’art liés à la villa d’Hyères. Travaillant en étroite collaboration avec l’association villa Noailles, présidée par Didier Grumbach, et l’ensemble des partenaires publics, les Amis de Saint-Bernard ont permis de donner une nouvelle dimension au projet et de le concrétiser.

Celle-ci prend place dans la partie initiale de la villa, dans les salons, les salles à manger, les chambres d’amis du rez-de-jardin, les chambres de Monsieur et de Madame, la chambre d’ami du dernier étage (environ 250m2 au total). Par sa scénographie, l’exposition fait le lien avec la création contemporaine. Une salle de documentation sera également aménagée (ouverture prévue en 2011). Chaque pièce de la villa initiale est dévolue à une thématique : architecture, aménagements, cinéma, littérature, musique, pour le rez-de-chaussée, évocation de la vie de Marie- Laure et Charles de Noailles dans les chambres du premier étage, et enfin, présentation de la chambre de Sybold van Ravesteyn. Les salles de bains, spécialement repensées pour l’exposition, accueilleront des thématiques particulières permettant un éclairage sur un des aspects de la vie ou du mécénat des Noailles.

Cette exposition, rassemblant plus de 300 oeuvres, objets, mobiliers et documents, aborde tous les aspects de cette expérience et explore les liens entre les différents domaines de la création que Charles et Marie-Laure de Noailles ont pu aborder. 300 oeuvres et documents évoquant non seulement la vie du couple, mais l’incroyable diversité de leurs choix et de leurs amitiés artistiques. Sans pouvoir nommer tous les auteurs et les artistes en voici quelques exemples : sculptures d’Alberto Giacometti, d’Henri Laurens, manuscrits de Luis Buñuel, Salvador Dali, Michel Leiris, éditions originales de Max Ernst, marquis de Sade, Georges Bataille, photographies de Man Ray, André Durst, Cecil Beaton, pièces de mobilier de Sonia Delaunay, Djo-Bourgeois, Pierre Chareau, Sybold van Ravesteyn ou encore Robert Mallet-Stevens, peintures et dessins originaux d’Alberto Giacometti, Christian Bérard, Dora Maar, ou encore Jean et Valentine Hugo. Par ailleurs certains films commandés par les Noailles sont présentés dans une salle de projection.

Vues d'exposition
Commissariat de l’exposition

Le commissariat de cette exposition permanente à été confié, sous l’impulsion de Jean-Pierre Blanc directeur de la villa Noailles, à trois jeunes chercheurs : Raphaèle Billé, Alexandre Mare, Stéphane Boudin-Lestienne Les commissaires remercient également Monique Teunissen, historienne d’art, pour son aide scientifique.

Scénographie

Confiée à David Dubois, la scénographie tient compte de la contrainte de refaire « l’histoire en son lieu même ». Le projet s’oriente vers une exploitation la plus discrète et la plus respectueuse possible de la cohérence originale des espaces. Les volumes et les installations d’origine doivent rester lisibles et ne pas entrer en conflit avec des interventions contemporaines qui revendiquent leur identité propre. Accueillant la création sous toutes ses formes, la villa Noailles devient ainsi un exemple de réutilisation du patrimoine architectural, non seulement dans son ouverture aux artistes contemporains, mais aussi dans le rapport à son propre passé.

La signalétique, confiée à Frédéric Teschner, doit accompagner cette scénographie en essayant de produire le minimum de repères possible. Certaines « références » aux usages des propriétaires sont réactivées comme des introductions à la culture du lieu. Ainsi est envisagée, en partenariat avec Sèvres-Cité de la Céramique, la création de vases par différents designers pour accueillir les bouquets de fleurs. Cette idée renvoie à l’une des raisons d’être du bâtiment, implanté dans un jardin bouquetier, fierté des Noailles.

La revégétalisation du lieu, imaginée avec Christophe Ponceau, prolonge cette démarche. Le designer Adrien Rovero est chargé d’imaginer un bar d’été et la musicienne Sabisha Friedberg, une bande son qui accompagne le visiteur dans son parcours Conçue comme une présentation permanente des archives de la Villa, cette intervention présente un tissu sonore d’une histoire phonétique coïncidant avec la documentation visuelle de cette période. Ces traces audios, provenant de sources sonores variées de l’époque, sont «réanimées» dans une série de compositions sous la forme d’anecdotes orales, d’incantations, de pauses, de paroles. En représentant ce qui est non vu et non écrit, le travail sonore propose une conversation avec les oeuvres visuelles présentées.

Prêteurs

Cette exposition est réalisée avec le concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France. Plusieurs autres institutions publiques et privées françaises et étrangères ont apporté leur contribution : la Bibliothèque du Film (Cinémathèque française), la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, la Fondation Annette et Alberto Giacometti, la Méditahèque Musicale Mahler, le Centraal Museum (Utrecht), le Nederlands Architectuurinstituut (Rotterdam), les Archives d’Architecture Moderne (Bruxelles), la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, Éditions Condé-Nast, Myrtille Hugnet, ainsi que de nombreux collectionneurs privés.

Partenaires

Par ailleurs la Communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée, le ministère de la Culture et de la Communication au titre de la commande publique, Le Centre National des Arts plastiques, le Conseil Régional Provence Alpes Côte d’Azur, le Conseil général du Var, la ville d’Hyères sont eux aussi engagés dans ce projet.

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.