Bâtiment initial

→ Villa Noailles

Du 11 juillet au 30 Août
Ouvert du mardi au dimanche de 14h00 à 19h00.
Nocturne le jeudi de 15h00 à 20h00.
Fermeture le lundi et les jours fériés.
Entrée libre

« Charles et Marie-Laure de Noailles, une vie de mécènes »
mobilier, photographie

Malgré les bouleversements du calendrier imposés par les circonstances, il nous paraît important de fêter du mieux possible le dixième anniversaire de l’exposition permanente Charles et Marie-Laure de Noailles, une vie de mécènes. C’est aussi une autre manière de remercier le public de l’accueil positif qu’il a manifesté à cette activité de la villa et donc d’imaginer une présentation renouvelée avec des œuvres inédites ou très peu vues.

Il s’agira donc de mettre en avant dans une scénographie spécialement conçue par Kim Haddou et Florent Dufourcq des œuvres phares de la collection auxquelles on adjoindra, invitées pour l’occasion, quelques petites merveilles venues de collections privées. En prévision de l’exposition de François-Marie Banier qui se tiendra en octobre, deux grands tirages peints par l’artiste, des portraits des mécènes, prendront place dans le Salon rose. Des tirages originaux des portraits de Marie-Laure de Noailles par Dora Maar s’ajouteront à ceux pris par Man Ray, Horst et Willy Maywald. Des meubles exceptionnels de Pierre Chareau et Eileen Gray viendront côtoyer ceux de Breuer, Mallet-Stevens et Djo-Bourgeois. D’autres surprises feront de ce moment un rendez-vous incontournable pour tous les amoureux du lieu et de son histoire.

Cette présentation de l’été 2020 marque une pause bienvenue avant de pouvoir reprendre la programmation habituelle d’expositions temporaires. Elle permet d’interroger la nature de l’entreprise et surtout de mesurer son accroissement. Dix ans après l’ouverture de l’exposition permanente « Charles et Marie-Laure de Noailles, une vie de mécènes », il est normal de regarder le chemin parcouru. L’association villa Noailles a pu réunir les premières bases d’une collection abritée dans les salles du bâtiment initial mis en scène par David Dubois. La question n’est pas tant de faire un bilan mais bien de se questionner sur les années à venir — ou comment donner une cohérence, une visibilité plus grande à une collection qui s’est enrichie en objets et documents de toutes sortes mais pas seulement. C’est aussi l’accroissement des connaissances de cette histoire ou plutôt des histoires du lieu qu’il faut pouvoir partager avec un public toujours plus nombreux.

Les Noailles avaient voulu « une petite maison d’abord intéressante à habiter ». Beaucoup ont ironisé sur l’inconstance de ce souhait au fur et à mesure que la maison s’agrandissait bien au-delà de sa petitesse d’origine. Malgré cette augmentation proportionnelle, la villa maintient son intéressante philosophie de départ et ne prendra jamais un aspect prétentieux. Bien mieux elle évolue avec constance. Puisque le bâtiment et son histoire fondent le paradigme de base de notre conduite, pourquoi ne pas en déduire un carnet de route pour le futur ?

Stéphane Boudin-Lestienne et Alexandre Mare Commissaires chercheurs

Avec le soutien de CHANEL, mécène principal de l’exposition

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.