Alain Noguès

du 25 avril au 26 mai 2019

Un pur hasard... Si Jean-Pierre Blanc n’avait pas, un soir d’automne, poussé la porte de Collected Autres Photographies, à la recherche comme d’habitude d’images sur l’île du Levant, et... découvert ma photo exposée de Jean-Luc Godard — enterrant pelle à la main — Jean- Paul Belmondo et Anna Karina (Pierrot le fou et Marianne dans le film), je n’aurais pas été invité par la villa Noailles à raconter cet épisode romantique de ma vie.
En 1965, j’avais vingt-huit ans et surtout... j’étais amoureux de lilou l’assistante monteuse de Françoise Collin, chef monteuse.
Comme photographe je cherchais ma voie...
J’étais allé à plusieurs reprises rue Washington dans la salle de montage, leur rendre visite pendant qu’elles montaient Une femme mariée, Alphaville...
Pour Pierrot le fou je les ai accompagnées dans l’île paradisiaque de Porquerolles...
Une lettre d’introduction de l’unef, lue par Jean-Luc Godard facilita mon accès aux lieux du tournage...
S’ensuivit une semaine inoubliable, qui me revient par flashs d’images...
Jean-Luc Godard la tête recouverte d’un bonnet kaki de G.I., déambulant, pensif, prenant des notes sur un cahier d’écolier pour les plans suivants...
Anna Karina marchant les pieds dans l’eau « qu’est-ce que je peux faire, j’sais pas quoi faire. »
Fasciné, je revois le totem de la caméra, dirigée par l’imperturbable Raoul Coutard dont
j’avais en mémoire les superbes travellings dans À bout de souffle.
Anna encore, le visage jaune, troublante chinoise; magnifiée par Jackye Nogaret, la maquilleuse...
Jean-Paul Belmondo torse nu caressant un fennec puis tenant un perroquet aux couleurs éclatantes évoquant les aras d’Amérique du Sud...
Enfin le bleu outremer de la peinture étalée avec un pinceau sur le visage de Jean-Paul Belmondo par Godard... et les bâtons de dynamite multicolores, enserrant la taille de Pierrot-Ferdinand.
Godard veillait à tous les détails, empoignant une grenade quadrillée pour mimer une scène...
Le tournage se déroulait dans une atmosphère détendue et efficace, souligné par un décor magique, mais la violence allait éclater,
Poussé par une folie meurtrière, Pierrot va abattre Marianne, qui meurt levant les bras au ciel.
Un plan sublime et bouleversant.
Désespéré, Pierrot décide d’en finir et se fait exploser !
Ces scènes brutales contrastent avec l’histoire d’amour passionné qui rythme le film.
Le long plan de l’ensablement évoquait déjà la fin de la relation tumultueuse entre Anna Karina et Jean-Luc Godard; accentuée par un final tragique.
Je clos cette évocation en me disant que ce fut une semaine merveilleuse, où j’ai eu la chance — rare — de pouvoir photographier les dernières séquences de Pierrot le fou, et... la joie d’être avec lilou : Andrée Choty, qui allait devenir la mère de nos deux filles Éléonore et Virginie.

Paris, Avril 2019

Andrée Choty lilou nous a quittés le 25 mai 2017 après une longue maladie.

Alain Noguès - © © Alain Noguès, Villa Noailles Hyères

© Alain Noguès

Alain Noguès - © © Alain Noguès, Villa Noailles Hyères

© Alain Noguès

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.